Georges Brassens - Sinsemilia

Publié le par GK

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Difficile de croire en le voyant statique avec sa guitare et ses trois accords que Georges Brassens était un peu le Damien Saez, le NTM, le Renaud des années 80, le IAM de l’époque. Sans faire pour autant de comparaison franche avec ces artistes récents qui ont pour moi (avis personnel) encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’arriver au quart du talent de Monsieur Brassens.

 

Georges Brassens n’était pourtant pas tout à fait destiné à devenir le chanteur qu’on connaît, élevé dans un milieu populaire avec une mère dévouée à la religion et un père artisan plutôt libre penseur… Il découvre la poésie à 15 ans, et une condamnation d’emprisonnement avec sursis à 17 pour cambriolages en bande, de copains sûrement...

Ses premiers pas dans la chanson sont hasardeux tout comme ses premières représentations sur scène pendant lesquelles il est paralysé par le trac. Pourtant tous ses tubes sont déjà écrits à cette époque, il ne reste plus qu’à… Heureusement avec le temps et poussé par des personnages comme Patachou ou Jacques Canetti, Georges Brassens enregistre son premier 78 Tours chez Polydor (Nouvelle Marque de Philips qui n’acceptait pas à l’époque de produire des titres aussi provocateurs que Le Gorille…) en 1952.

Sur ce disque éponyme figure La Mauvaise Réputation qui est un éloge à la désobéissance et un pamphlet contre l’autorité. Une chanson qui respecte tout à fait les valeurs de son auteur qui gardera cette ligne directrice jusqu’à la fin de sa vie.

 

En 1998 le groupe Sinsemilia, bien connu maintenant pour leur chanson Tout le Bonheur du Monde, reprend la Mauvaise Réputation version reggae. Cette reprise permettra au groupe de se faire connaître d’un plus large public, tout en revendiquant leur coté « engagé ». Version très sympa, qui donne un coup de jeune à cette chanson et à ce fabuleux texte de Georges Brassens.

Publié dans 1951 - 1960

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article